Mettre en valeur son fonds argentique

Certaines photos prises il y a bien longtemps mériteraient d’être mises en valeur, et publiées ou (ré)imprimées. Pour cela il est possible de procéder à un scannage des négatifs et des diapositives originales, puis d’utiliser la puissance des outils de développement numérique pour valoriser par une post-production les images qui le méritent.

En 2019 j’ai ainsi pu réaliser une exposition consacrée à l’année que j’avais passée en 1986 en tant que bénévole, au Darfour au Soudan avec la Croix Rouge. La région était plus calme qu’aujourd’hui, mais la sécheresse avait sévi plusieurs années consécutives ; la communauté internationale s’était organisée pour tenter d’en atténuer les effets. Les images ci-dessous sont issues de la numérisation des documents originaux (négatifs et diapositives).

Au petit matin, le camion s’apprête à repartir. Il fait froid, chacun se protège comme il le peut.
Sur le bord du marché de Kongo Haraza, deux vieillards conversent à l’ombre
Un père et son fils, marché de Beida
Les marchands permanents ont le sourire de ceux qui traversent la crise sans trop de dommages
Rencontre fortuite avec un chef traditionnel en inspection dans un hameau où va avoir lieu une distribution de vivres
Une mère nourrit son enfant (feeding center Croix Rouge, Beida)
Une jeune réfugiée sourit à l’objectif. Le khawaja (l’étranger) qui la prend en photo commence à faire partie du décor, depuis plusieurs mois
Une caravane remonte vers le point de stockage, elle permettra d’atteindre des villages isolés rendus inaccessibles par les inondations qui ont succédé à la sécheresse
L’oued Kadja (Wadi Kadja sur les cartes anglaises) charrie une eau peu engageante, mais bénéfique pour les cultures. L’oued est à sec la majeure partie de l’année
L’hélicoptère affrété par l’USAID repart après avoir déposé des suppléments nutritionnels, plus fragiles que les sacs de grain qui ne nécessitaient pas un atterrissage

Ces images réduites ne sont que peu représentatives de la qualité du développement. Si certaines photos semblent avoir du bruit, c’est plus lié au grain de la pellicule qu’à la numérisation et au traitement. Quelques unes de ces images ont été tirées en format 60 par 90 cm avec une définition très satisfaisante.